Accéder directement au contenu

Albums/Mixtapes

CESRV, Febem & Fleezus : BRIME !

La pure frappe du Brésil

JUP, le 1er février

Deux rappeurs et un beatmaker de São Paulo dynamitent le funk local en puisant dans le melting-pot musical londonien. Ou l’inverse.

Vous reprendrez bien un peu de 2020 ? Non, vous êtes sûrs ? Mais puisqu’on vous dit que c’est pour la bonne cause. Retour en mars de cette drôle d’année, et direction le Brésil où le trio formé par les rappeurs Febem et Fleezus et le beatmaker CESRV faisait parler la poudre dans un EP explosif.

Le bien nommé BRIME ! - contraction de Brésil et grime, bravo à ceux qui suivent - annonce la couleur dès sa pochette, sur laquelle Anderson Sebastião Cardoso, dît Chicão, rude défenseur du Corinthians, tacle dans les règles de l’art Eden Hazard époque Chelsea. La photo est tirée de la finale de la Coupe du monde des clubs 2012, à laquelle le club de São Paulo participe pour la première fois après sa victoire historique en Copa Libertadores. Glorieux souvenir pour ses supporters, dont nos trois larrons, qui voyaient leur club sacré « champion du monde » (sic). Remake de David contre Goliath version postcoloniale et lutte des classes dans lequel les prolos - l’adage veut que les corinthianos soient tous des pauvres ou des voyous - se payaient le scalp des riches européens.

Le concept de BRIME ! est né lorsque le skateur Rodrigo “TX” Texeira a invité Febem, Fleezus et CESRV à la découverte de Londres dans le cadre d’une vidéo promotionnelle. Pour ces Paulistanos, qui n’avaient jamais dépassé les frontières de leur pays natal, cette traversée de l’Atlantique n’avait rien d’une banale expédition touristique. Membres du collectif dénommé Tracksuit Mafia, ils sont au cœur d’un mouvement de réinvention de la grime au Brésil (à lire sur ce sujet cet indispensable article de Felipe Maia). Comme Chicão sans doute, ils avaient à cœur de se montrer capable de battre les anglais à leur propre jeu, et dans un pur esprit de Coubertin, décidèrent de célébrer cet échange culturel en emportant dans leurs bagages un EP consacré à la rencontre du funk de chez eux et de la musique londonienne.

Bien plus qu’un simple mashup, BRIME ! revient aux origines populaires et multiculturelles du genre phare de la musique brésilienne actuelle, en s’écartant de la formule ostentatoire Kondzilla, mais aussi de l’influence nord-américaine et son armée de clones de Travis Scott. Febem et Fleezus chantent l’asphyxie et l’amour de leur ville sur un tamborzão alternant entre les 150 BPM, nouvelle norme des bailes de Rio (« YIN YANG »), et les 130 BPM toujours populaires à São Paulo (« RADDIM »), croisés aux multiples influences londoniennes : l’incontournable drill (« FALA MEMO »), le 2-step ou l’afrobeat. Le résultat ? Brutal mais gracieux, comme un tacle bien exécuté.


VENEZ DISCUTER AVEC NOUS SUR
DISCORD ET TWITTER :-)