Accéder directement au contenu

Focus

Soudiere : interview

Rencontre avec le Jeune Pirelli

Dirt Noze & Jocelyn Anglemort & rimrimrim, le 12 avril

On a posé quelques questions à Soudière, producteur phare de la phonk "made in France".

"Regardez, ils sont là, ils sont dans les campagnes, dans les villes, sur les réseaux sociaux". Regroupés sous de nébuleuses appellations (phonk, trill, vapor wave) et à l’instar des gremlins arrosés après minuit, toute une génération de producteurs a envahi les plateformes dans les années 2010, soundcloud tout particulièrement. Leurs points communs ? Une passion pour le early rap démoniaque de Memphis, les vidéos planquées dans les égouts de Youtube, les cartoons et les logiciels de MAO, le tout saupoudré d’une grosse dose d’attitude DIY.

Né de la cuisse de Lil Ugly Mane ou Dj Smokey (notamment son travail sur la série Basement Musik de Yung Simmie), Soudiere fait figure de fer de lance de cette néo musique de chambre et se démarque aisément dans un courant qui tombe facilement dans la caricature à force de poncer les mêmes drum kits et samples vocaux en provenance de Memphis. Moitié thug moitié nerd, le travail du français démontre à la fois une connaissance pointue du rap dont il séquence et édite les couplets de nos légendes préférées - actuelles comme anciennes - ainsi qu’un sens rare de la traque de samples piochés dans un large prisme d’influences (OST de film d’horreur, musique "ambient", bizarreries inidentifiables...). Il ressort de ces associations façon "le kit du petit chimiste" une musique hyper versatile et "émotionnelle", passant sans effort de la noirceur brute d’un couplet du regretté Fredo Santana à la légèreté naïve d’une mélodie disco.

Pour fêter la sortie de son dernier solo, Fear No Evil, ainsi que celle du dernier volume de la série ISSUE de son crew PurplePosse, Soudiere a bien voulu nous accorder un peu de son temps pour discuter, entre autre, de samples, de skate et de sa très prochaine tournée aux côtés de l’ovni Dj Smokey.


Entretien avec Soudiere

Salut Soudiere, peux-tu te présenter brièvement ? Tu viens d’où ?
Yo, je suis né à Nancy mais en ce moment j’habite à Strasbourg et j’ai 22 ans.

Drôle de pseudo, Soudiere. Ça étonne tout le monde la première fois. Comment ça t’est venu ? Qu’est-ce que ça veut dire ? :)
C’est simple c’est mon nom de famille en fait, haha ! Tous mes potes m’ont toujours appelé Soudiere depuis que je suis petit alors ça m’a paru naturel.

Ça fait combien de temps que tu fais de la musique ? Tu as une formation musicale classique en dehors du beatmaking ?
On peut dire que je me suis toujours intéressé à la musique de près ou de loin. J’ai pas vraiment de formation mais j’ai fait de la guitare pendant longtemps quand j’étais plus jeune.

À quel moment tu t’es dit "Fuck It, maintenant je m’y mets sérieusement" ?
Ça va faire 3 ans maintenant que je fais des instrus ; je crois que j’avais le logiciel d’installation de FL Studio 11 qui traînait depuis une bonne année sur mon ordi, et puis un jour j’ai eu vraiment envie d’essayer et j’ai installé le logiciel. Depuis j’ai pas vraiment décroché, hahaha !

Est-ce que tu peux aussi un peu nous parler de ton collectif "Purple Posse" ?
Yes, c’est un collectif lancé il y a deux ans par BackWhen, Aseri et 6-6-6 (aka Paulo). J’ai été un des premiers à rejoindre le mouvement avec Mythic et Jake. Ce sont des producteurs qui viennent de partout, Europe, États-Unis, Brésil… On s’est tous connus via SoundCloud. On était quelques-uns à ce moment là à produire exclusivement de la « phonk », du coup on s’est dit que ça pouvait être une bonne idée de se rassembler et de faire des tapes ensemble. On a sorti Issue 01 dans la foulée, et vu l’ampleur que ça a pris, on a très vite décidé qu’on allait continuer.

Sur ce marché très concurrentiel de ce qu’on appelle parfois les “Soundcloud producers”, comment fais-tu pour te démarquer ? Quels sont les éléments qui font que tu vas kiffer davantage un artiste plutôt qu’un autre ?
Je vais pas dire que je suis un précurseur du mouvement parce que ça faisait déjà quelques années que le genre existait quand j’ai commencé, mais vers fin 2015, début 2016, le genre était un peu délaissé, concentré sur uniquement quelques rares producteurs (Myrror, DJ Smokey, Drae da Skimask ou encore Grxgvr). Il y avait l’utilisation des cartoons comme cover pour les sons qui a marqué pas mal de monde, je pense. Maintenant tu en vois partout, c’est même devenu un cliché du genre phonk.

Le rap de Memphis (et du Tennessee) est très présent dans ta musique. Qu’est-ce que représente cette ville pour toi ? Comment as-tu découvert toute cette scène ?
J’ai découvert DJ Paul et Juicy J avec le track Smoke a Sack qui était dans la partie de Beagle sur la vidéo de skate Baker 3. J’étais un skater qui écoutait du punk a l’époque, et ce track m’avait marqué parce qu’il ne ressemblait pas du tout à l’idée que je me faisais du rap à l’époque. Mais je n’étais pas encore prêt à l’époque, haha ! Je m’y suis remis plus tard. Après avoir fait le tour du rap east et west coast, j’ai découvert le dirty south et tout ce qui va avec…

Et toute la scène phonk du Raider Klan, Lil Ugly Mane, Bones et DJ Smokey, autour de 2010, tu suivais ça de près ?
Pas en 2010, mais ouais j’ai découvert ça vers 2012 et 2013 grâce à DJ Smokey, et, comme vous pouvez vous en douter, ça m’a sérieusement marqué, haha !

Il y a une autre présence très forte dans ta musique, c’est celle de DJ Screw…
Évidemment, c’est une grosse influence pour moi. Je me rappelle être tombé dessus un soir et avoir découvert le concept du chopped and screwed. Ça a été une grosse révélation : la vibe que ça amenait, ça rendait des tracks que je connaissais méconnaissables, ça sonne plus rauque, plus fly… Ça m’a même permis d’apprécier des rappeurs que j’écoutais pas forcément, genre 2 Pac : La version de Hail Mary de Dj Screw est incroyable haha. Et bien sûr les samples de funk et de soul au ralenti, c’est magique.

On pourrait te rapprocher de producteurs comme Genshin ou Baker Phonk par exemple, est-ce que, comme eux, tu es un acharné de FL Studio ? Il y a vraiment une grande variété d’instruments dans tes compositions, c’est quoi ton processus de création ?
Grave, j’ai commencé sur FL Studio et je pense qu’il va se passer un bout de temps avant que je switche de logiciel, haha ! Niveau processus, je sample la majorité du temps quand je produis, donc ce qui se passe c’est que je vais aller digger pendant deux heures jusqu’à avoir une bonne banque de sons à utiliser et après c’est des assemblages de samples jusqu’a obtenir la mélodie, le son que je veux sur le moment.

En plus du devil shyt et de la phonk, il y a aussi beaucoup de références à la trap d’Atlanta dans ta musique, ainsi que des ambiances très cloud, voir vapor wave, Comment tu mélanges tout ça ?
En vrai je mélange le tout sans me poser de questions. J’utilise toutes mes influences parce que ça me paraît logique, et avec tout ça j’arrive à un morceau à la fin. Mais ouais, je suis un rongé de trap et un amoureux des mélodies lentes, "cloud" et émotionnelles, en vrai c’est juste une question de feeling sur le moment.

Quand on essaye de remonter à l’origine de ce courant « vapor phonk wave », peu importe le nom, on passe forcément par Yung Smokey, l’album de DJ Smokey avec Yung Simmie, mais Mista Thug Isolation de Lil Ugly Mane parait aussi être un album fondateur, par exemple avec l’utilisation des hooks des morceaux de devil shyt calés sur du saxophone. Pourtant, on le voit rarement cité. D’après toi, à qui on pourrait attribuer la "paternité" de ce style musical ?
Je dirais Dj Screw, Dj Paul et Juicy J sont les vrais "parents" du genre, pour l’utilisation des samples, les hooks ralentis et répétés, le mélange de samples de films d’horreur sur des 808… C’est eux qui ont posé les premiers codes. Après pour le genre qu’on connaît à l’heure actuelle tu as cité les bonnes personnes, c’est à dire Dj Smokey et Lil Ugly Mane. Ils ont eu tout les deux une grande influence sur moi et sur le genre. C’est sûrement eux que j’ai le plus écouté à cette heure-ci en tout cas.

On sent que tu es un vrai amateur de rap, par exemple ton dernier EP s’appelle Fear No Evil, est-ce que c’est un hommage à K-Rino ?
Haha, ça aurait pu mais non, à la base c’est une référence à un titre de Gimisum Family qui s’appelle Fear No Evil, le morceau est samplé dans l’Ep d’ailleurs.

Ce que j’apprécie dans ton taf c’est que tu te détaches des samples de Memphis un peu trop poncés dernièrement (genre Psychopathic Lunatic de Skinny Pimp, dont tu te moquais justement de l’utilisation par certains sur Twitter, très bon !), avec un vrai travail de digging ou avec des artistes plus modernes (par exemple tes edits de Trap scholar ou No Heart, magnifiques), tu penses qu’on est sur un effet de mode ou sur un vrai hommage à la scène de Memphis ? Qu’au final certains s’intéressent davantage à “l’image / l’aura / le côté un peu flippant” de cette scène plutôt qu’à la musique ?
Carrément, si ces loops sont autant utilisés c’est parce qu’il y a eu un gros effet de mode ces deux dernières années et qu’il y a beaucoup de drums kits qui circulent avec les 5 mêmes vocals que tout le monde utilise. Ceux qui se contentent de ça, je pense qu’ils n’écoutent pas les rappeurs qu’ils samplent. C’est juste pour se donner un style et chercher à plaire à un certain public, plutôt qu’une référence à une de leurs influences. C’est dommage mais après ça permet de distinguer facilement les vrais des faux, haha !

Gucci Mane est très présent dans ta musique, c’est quoi sa période que tu préfères ? Tu penses quoi de son clone sorti de prison ?
Gucci c’est le CEO de la trap. Il a tellement de mixtapes que c’est dur de choisir mais si je dois en choisir deux c’est World War 3 : Lean et Trap House 3. Sa période entre 2010 et 2014 c’est celle que j’écoute le plus je pense. J’ai essayé d’écouter ce qu’il a fait récemment mais les feats avec Selena Gomez ou Jake Paul c’est trop pété… Obligé c’est un clone, impossible que ce soit le vrai Gucci !

On retrouve aussi énormément de passages de Fredo Santana, je pense que comme nous tu as été très attristé par son décès. Qu’est-ce qu’il représentait pour toi ?
Lui et Chief Keef c’est vraiment eux qui m’ont fait apprécier la drill, et Fredo pour moi c’était un des rappeurs les plus vrais du jeu. J’ai rongé ses mixtapes Walking Legend et Fredo Kruger 2. Il est cru quand il rappe, il te fait ressentir le truc à fond. Il a trop de hooks légendaires… Sa mort m’a fait un sale coup, je l’ai pas vraiment vu venir, en plus il avait arrêté la lean depuis quelque temps je crois, c’est triste… Glo In Peace Big Boss Fredo

Des rappeurs que tu kifferais sampler mais dont tu ne trouves pas de vocaux utilisables, ca existe ? Et d’ailleurs tu les trouves où tous ces acapellas ? A moins que tu bosses directement avec les morceaux originaux ?
Chief Keef, j’ai pas trouvé beaucoup de morceaux utilisables, souvent ses instrus sont trop énervées et trop remplies pour que je puisse faire quoi que ce soit, haha ! Je bosse pas beaucoup avec des acapellas, je sample directement les morceaux la plupart du temps.

Niveau samples d’instrumentaux, tu tapes vraiment dans toutes les directions. Tu te fournis où ? Tu travailles à l’ancienne avec une discothèque pleine de vieux vinyles ou tu te sers dans Youtube ? Est-ce que tu aimes garder le secret des boucles que tu trouves ou tu n’as pas de soucis pour divulguer les noms ? C’est quoi le truc le plus improbable que tu aies samplé (par exemple, ton pote NxxxXxs a samplé une vidéo appelée Tornado Sirens in Downtown Chicago !) Comment ca se passe pour les « clearer » ?
La plupart du temps je trouve mes samples sur YouTube, après je vais pas te dévoiler là où je cherche, hahaha ! Mais en vrai je vais regarder un peu partout, dès que la sonorité est intéressante, je prends. J’ai déjà samplé des trucs chelous, genre des alarmes de voiture ou des bruits de trains, pour créer des ambiances. Je choisis vraiment en fonction de la texture que je veux apporter au morceau.

Souvent les mecs qui se butent aux vidéos de skate écoutent plein de trucs aux styles variés parce-que les parts de chaque mecs alternent entre rap, metal, jazz, funk etc. Est-ce que tu penses que ça a pu jouer dans ta façon d’importer plein de styles différents dans ta musique ? Comme tu disais, dans la vidéo Baker 3, Beagle skate sur Smoke A Sack, Dollin sur un titre de Children Of Bodom, Reynolds sur Roxy Music… un mélange assez improbable mais qui a surement fait découvrir des artistes à plein d’ados comme moi. Est-ce que c’est le cas pour toi également ?
Ouais exactement haha, comme je t’ai dit avant, c’est grâce aux vidéos de skate si à la base j’écoute du rap, je crois qu’il y avait G-Code de Geto Boys sur je sais plus quelle part dans une vidéo Element qui m’avait bien marqué aussi. Baker 3 et ses passages chopped n screwed, ou encore JB Gillet qui skate sur du Lunatic dans une 411vm... Ça m’a vraiment ouvert des portes, genre c’est ce qui m’a permis d’intégrer le rap dans ce que j’écoutais à l’époque.

Comme Smokey, il t’est aussi arrivé de travailler avec des rappeurs, notamment avec Yung Evil, mais tu es surtout connu pour tes instrumentaux qui se satisfont à eux-même, est-ce différent de faire des beats pour qu’un vocaliste se pose dessus ? As-tu été satisfait du résultat ? Est-ce quelque chose qui te tient à cœur et que tu souhaiterais approfondir à l’avenir ?
Quand j’ai commencé, j’ai toujours voulu faire des morceaux qui s’écoutent comme ça, sans avoir besoin de quelqu’un qui pose dessus. Ce n’est pas la même chose, généralement les rappeurs aiment les beats super simples et efficaces, moi quand je compose j’ai plutôt tendance a blinder l’instrumental. À la fin, si quelqu’un veut poser par dessus il n’a plus de place, haha ! Donc ouais, c’est un processus totalement différent. Mais ça va arriver de plus en plus, normalement j’ai pas mal de placements qui vont sortir bientôt, notamment d’autres sons avec les mecs de Doomshop, Freddie Dredd et Hydra. Gardez l’oeil ouvert, haha !

D’ailleurs, comment s’est faite la connection avec DJ Smokey ? Vous vous êtes déjà rencontré ?
C’est lui qui m’a contacté sur twitter par message, et depuis on a pas mal bossé ensemble par internet. Mais on ne s’est encore jamais rencontré. On le ramène en France d’ici avril donc on va avoir l’occas’ de faire plein de sons ensemble en vrai, ça va être lourd.

Comment se passent les morceaux collaboratifs avec Smokey ou d’autres producteurs comme Loud Lord ? C’est un peu un cadavre exquis où le premier envoie une séquence sur laquelle le second improvise, ajoute des évolutions, des breaks, des variations avant de l’envoyer au 3ème etc.. ?
C’est exactement ça, généralement soit c’est moi ou Loud Lord qui commence le projet, et il finit toujours entre les mains de Smokey qui va apporter les touches finales.

Tu pars bientôt en tournée avec lui, on peut s’attendre à quoi ? Tu joueras exclusivement tes titres ou tu seras plus dans un rôle de DJ avec une sélection de morceaux que tu kiffes ? Tu porteras un costume « bacon » ou de banane comme Smokey ?
Je pense que, contrairement à d’habitude, je vais essayer de jouer plus de mes morceaux, mais je vais continuer à passer mes dernières trouvailles, haha ! Jouer un mix exclusivement avec mes morceaux ça me paraît impossible. Je les ai déjà tellement écoutés que j’aurais beaucoup de mal. En tout cas aucune chance que tu me vois dans un costume banane, hahaha !

Tu peux déjà nous donner des dates ?
Yesss, pour l’instant y’en a 4 : Smokey joue le 13 avril en Slovénie, le 20 à Hamburg, et je le rejoins sur les dates à Strasbourg, le 21, et à Montpellier le 28.

Ce qui est intéressant dans ta musique (comme dans celle de Smokey) c’est qu’elle se passe aussi très bien de vocaux. Est-ce que cette dimension "hip-hop instrumental" est importante pour toi ? En ça je vois une filiation avec des mecs comme DJ Shadow ou DJ Krush qui essayaient il y a une vingtaine d’années d’imposer un hip-hop instrumental. C’est une musique que tu as écouté ? Si les références ne sont pas forcément les mêmes, tu te sens dans cette filiation ?
Ouais, Dj Krush j’avais beaucoup rongé son album Ki-Oku, c’est un des premiers mecs qui était capable de faire 3 morceaux différents avec les mêmes samples, ça m’avait trop bluffé. Je me suis toujours beaucoup intéressé aux producteurs en écoutant du rap, déjà bien avant de m’y mettre moi-même. J’ai toujours eu une attraction naturelle vers ça je pense, haha ! Après j’écoute autant du rap que des instrus, mais pour moi les meilleures instrus sont celles où justement tu n’as besoin de personne dessus et qui se suffisent à elles -mêmes.

Tes projets ont un aspect "after party" que j’adore, un truc "rave" qu’on a envie de mixer dans une cave ou en forêt. Y’a une vraie ambiance crépusculaire, genre la flûte sur OG Kush, les chordes sur Suffer My Curse ou Lost My Mind Pt2, ou les breaks de Weak, t’as l’impression que ca t’annonce le dernier lever de soleil de ton existence. C’est le genre de playlist qu’on lance au petit matin pour danser comme un zombie déshydraté. Est-ce que c’est comme ça que tu composes ? Déshydraté au petit matin ?
Hahaha, pas du tout, je produis la nuit, et j’essaye de bien m’hydrater, c’est important, haha ! Ça serait un délire de faire un mix phonk dans une grosse teuf au milieu de la forêt, mais pour l’instant y’a pas de demande pour ce style de son à ce genre d’event, haha !

D’ailleurs en parlant de zombie, j’aimerai savoir si il existe un morceau, dans ta discographie qui ne comporte pas de référence à Day of the Living Dead de George Romero ? Haha ! On a parfois l’impression que c’est devenu pratiquement ta signature, la pâte dont tu fais tes pizzas. Est-ce que ce film a quelque-chose de particulier pour toi ? Ou du moins le cinéma de George Romero ?
Bien vu, c’est surement la B.O. que j’ai le plus samplé, elle est incroyable vraiment, surtout le premier loop de synthé qui arrive dès la première scène du film. Il est parfait, samplable à l’infini. s/o John Harrison, c’est la meilleure soundtrack. Et même en dehors de la bande originale, la trilogie de Romero, ce sont mes films de zombies préférés, surtout le deuxième, Zombie, celui dans le supermarché. Ce sont des films qui donnent une dimension intelligente au film de zombies, y’a des vraies réflexions derrière. Des classiques !

Est-ce que tu es un gros bouffeur de cinéma ? Films d’horreurs, séries B italiennes ? Cela a-t-il une influence sur ta musique ?
Ouais en vrai j’ai même fait quelques années de fac de cinéma, mais j’ai arrêté l’année dernière. J’ai un gros penchant pour les vieux films d’horreur des années 1970 et 1980, genre Massacre à la Tronconneuse, Halloween, Nightmare on Elm Street, etc. Les films de David Lynch, Stanley Kubrick et Guy Ritchie aussi. Ca m’aide pas mal a trouver des samples ou des "skits" pour mes EP, haha !

Et sinon, quel est est ton regard sur la scène musicale aujourd’hui ? Le mainstream, l’underground, et ce que l’on appelle aujourd’hui le SoundCloud rap qui s’invite au billboard ?
J’essaye de suivre mais je reste scotché sur les quelques rappeurs que j’écoute le plus souvent, undergrounds ou pas. En ce moment Soudcloud rap et billboards ça va de paire. Il y a vraiment une énorme vague qui s’est lancée, mais j’ai l’impression qu’elle va aussi vite s’étouffer. J’attends de voir la suite, en vrai.

Quelles sont les petites scènes d’aujourd’hui que tu suis plus particulièrement ? Et tes poids lourds sûrs du moments ?
Niveau underground, en U.S. je reste souvent sur les mêmes rappeurs genre Black Kray, KirbLaGoop, Chxpo… En Fr y’a Retro X et Jmk$ qui sont sur un bon délire aussi. Sinon, pour les poids lourds, il y a Yung Bans que j’aime bien qui est en train de grossir, ou sinon en France y’a Zola ou Freeze Corleone que je suis pas mal aussi.
Niveau prod, y’a JetPacc, un pote a moi qui commence un projet bien lourd, s/o Caspian Rose qu’on vient d’ajouter au PurplePosse aussi, ou encore Kloudbug...
Sinon s/o tout le posse, Dj Smokey, NxxxxxS, Yung Vamp, Loud Lord, Myrror, Grxgvr, Drae Da Skimask, Jason Rich...

Et pour finir, si tu devais garder 5 projets de Memphis ? Et 5 “vapor wave / phonk etc”

  • Three Six Mafia - Mystic Styles
  • Koopsta Knicca - Da Devils Playground
  • Children Of The Corn - The Single  
  • Tommy Wright 3 - On the Run
  • Kingpin Skinny Pimp - King Of Da Playaz Ball 
  • Dj Smokey - TrapHouse of Horrors 3 
  • Myrror - Stages EP
  • Lil Ugly Mane - Mista Thug Isolation  
  • NxxxxxS - Remember Last Summer  
  • Loud Lord - Kush Krazy Vol 2 

Illustrations : rimrimrim



VENEZ DISCUTER AVEC NOUS SUR
FACEBOOK ET TWITTER :-)